SAINT-AUBIN



  Les croix de Saint-Aubin et de Gamay ont été érigées ou relevées entre 1805 et 1869, c'est-à-dire après la signature du Concordat de 1802 qui rétablissait la paix religieuse en France et qui, dès le retour des Bourbons sur le trône de France et sous le pontificat du Pape Léon XII (1823 – 1829), devait entrainer un mouvement de restauration de la foi.

  Parmi toutes les sortes de croix qui ont été érigées depuis l’avènement du christianisme les croix de Saint-Aubin sont de deux sortes : croix de mémoire et croix de foi. Elles devaient quotidiennement interpeller les habitants dans leur vie quotidienne et exalter leur foi lors de célébrations solennelles : processions des rogations, de la Fête-Dieu
  Les croix « étaient l'objet de respect et d'attentions de la part des paroissiens et paroissiennes. Les plus pieuses de ces dernières se signaient en passant devant l'une des croix alors que les plus déférents des paroissiens saluaient le calvaire en soulevant plus ou moins discrètement leur coiffure. » ( Roger LAFOUGE : À propos des croix du village, Le Petit Journal du Village, Saint-Aubin – Gamay, Côte-d'Or, n° 14 Janvier 2008)

  Les croix situées en dehors du village se trouvaient toujours à un moment ou à un autre sur le chemin des hommes se rendant au travail et constituaient un but de promenade pour les femmes qui allaient les fleurir entre deux tâches de la vie familiale.

  Les croix avaient depuis un certain temps perdu ce rôle du fait de la suppression des processions, de l'accélération et de la dispersion de la vie moderne jusqu'à ce que, à l'initiative du Père Jacques THOMAS, l'ensemble paroissial de MEURSAULT rende leur visibilité spirituelle aux croix en les décorant pendant la Semaine Sainte et la Semaine de Pâques de branches de buis en bouquet tenus par des écharpes successivement rouges et blanches.



1 - LA CROIX DU VERPILLOT


À l'intersection de la rue du Château et de la rue de la Forêt
Lieu-dit « Le Verpillot »
Cadastre : section  A  feuille 1
Coordonnées : 45° 57' 28''  N – 4° 43' 18''  E
Orientation : sud-est

  La Croix du Verpillot est une croix de mémoire édifiée comme 3 autres croix du village à l'initiative de personnes ou de familles pieuses qui voulaient ainsi affirmer leur foi et attirer sur elles la protection du Très Haut. Comme l'indique une inscription sur l'avers du piédestal la Croix de Saint-Aubin a été érigée en 1837 par :
CHAPULOT
JEAN
OFFICIER
RETRAITTEE
CHEVALLIER
DE LA LEGION
D'HONNEUR
1837

  Resté célibataire Jean CHAPULOT est décédé en 1843 sans descendant.
  À partir de cette volonté le tailleur de pierre a réalisé une croix fidèle aux codes du genre : socle, piédestal, colonne, croix et inscriptions religieuses.
  Un accident survenu au milieu du 20ème siècle à la suite de la marche arrière hasardeuse d'un camion explique le fait que le fût tronconique, finement strié de lignes horizontales, ne soit pas fait dans la même pierre que le piédestal bouchardé et qu'il soit surmonté d'une croix de remploi taillée avec le dans un seul morceau.

  L'inscription, à l'orthographe pleine de fantaisie, nous rappelle qu'au début du 19ème siècle l'artisan graveur possédait son métier, mais savait à peine lire et écrire. Le commanditaire, Jean CHAPULOT, n'a pas été choqué par cette orthographe ; il était chevalier de la légion d'honneur, reçue pendant les campagnes napoléoniennes, mais lui non plus ne possédait vraisemblablement pas l'orthographe pourtant fixée à cette époque.  



2 - LA CROIX de SAINT-AUBIN


À l'intersection de la rue des Perrières et de la rue du Paradis
Cadastre : section D feuille 9   
Coordonnées : 45° 57' 6'' N -  4° 42' 53'' E
Orientation : nord-est

  Située au croisement de la rue des Perrières et de la rue du Paradis la « croix de Saint-Aubin » n'est pas à sa place d'origine qui se trouvait au croisement de la rue des Perrières et de la rue de Vollon.

  À son emplacement actuel elle remplace une croix de mission en bois érigée en 1936. « Cette croix a été heurtée par un des chalands que les troupes allemandes faisaient transiter par la RN6. Très ébranlée et en partie cassée à la base, cette croix avait disparu. C'est pourquoi le Conseil Municipal a décidé, au début des années 1980, de transférer à cette place la Croix de Saint-Aubin, valorisant ainsi l'entrée du village et en facilitant ainsi la circulation rue de Vollon » (Roger LAFOUGE, même référence que précédemment)
La croix à son emplacement d'origine sur une carte postale ancienne (détail)

  Sur un plan daté de 1780 qui intègre des données d'un autre plan de 1447, une croix existe déjà à l'emplacement d'origine. Elle est désignée par "croix Mouchet". La date de 1816 sur le piédestal n'est que celle d'une reconstruction, probablement après que la croix ait été détruite par les révolutionnaires. Cela situe son rétablissement dans les premiers mois du retour des Bourbons sur le trône de France. Elle est antérieure au mouvement de restauration de la foi et de la religion catholiques initié par le pape Léon XII (pontificat : 1823-1829). Dans ce cas « L'absence de tout nom propre laisse supposer que la construction de ce calvaire n'est pas le résultat d'une initiative privée, mais celui d'un projet collectif lancé par le Curé de Saint-Aubin, ou le Conseil de Fabrique de la Paroisse » (Roger LAFOUGE). Un Conseil de Fabrique était responsable de la gestion et de l’entretien d’une église avant la séparation de l’Église et de l’État).
  Plus tard elle a été intégrée aux manifestations religieuses extérieures : procession des rogations, de la Fête-Dieu …

  Destinée à l'expression et à la manifestation de la foi le monument porte, à l'avers et au revers du à la base du fût, l'inscription : O CRUX AVE et le titulus I N R I incliné sur la branche supérieure de la croix à l'avers. Le redoublement de l'inscription : O CRUX AVE est vraisemblablement justifié par l'ancienne implantation à l'intersection de deux rues ; la croix pouvait alors être abordée de deux côtés différents.



  Le tore en partie haute du fût de la colonne manifeste la volonté du sculpteur de mettre en valeur son travail (en dépit d'un bouchardage grossier de toutes les surfaces) tandis que la croix, apparemment rapportée, est d'une facture moins soignée.


3 - LA CROIX DU CIMETIÈRE






Rue du Jeu-de-Quilles
Cadastre : section D  feuille 1
Coordonnées : 46° 56' 57''   N – 4° 42' 36''  E
Orientation : nord-est

  La croix du cimetière est destinée à rappeler aux Chrétiens la victoire du Christ sur la mort et la promesse faite aux hommes de la « résurrection de la chair et de la vie éternelle » ; elle porte au sommet d'un élégant fût à 8 pans effilé une croix ornée au croisillon d'une sculpture en bas-relief qui montre un ostensoir surmonté d'une croix. Le à la base de la croix, un parallélépipède en position verticale, ajoute à l'élégance de l'ensemble et semble nous emmener vers le haut. Le sacrifice du Christ sur la croix, qui a valu aux hommes d'être associés à cette victoire, est rappelé par le titulus INRI au sommet de la croix. Le dé à la base du fût porte l'inscription : O CRUX AVE suivie de la date 1823. 


  L'ensemble, en pierre calcaire, avait beaucoup souffert du gel. Il a été restauré une première fois en 1976 et plus récemment en 2017.
  En 1823, on n'a fait que rétablir une croix plus ancienne : on sait que le cimetière avait déjà une croix avant la Révolution. Le 12 novembre 1773, selon le registre paroissial, on enterrait "Maître Jean Chapulot, prêtre et ancien curé de Saint-Aubin, âgé d'environ quatre-vingt-treize ans, ayant gouverné la paroisse pendant soixante et un ans, ... dans le grand cimetière de ladite paroisse au pied de la croix".
  On dispose d'un témoignage qui nous renseigne sur les circonstances dans lesquelles cette croix fut détruite. Notre témoin, Pierre Jacquelin faisait partie de la municipalité pendant la période révolutionnaire. Il a d'ailleurs occupé à certains moments la fonction de maire. Il devait à ce titre veiller à l'application des directives, et il a assisté à la destruction de la croix en 1793. Cela s'est fait en cérémonie, pendant que les patriotes chantaient un hymne républicain dont les paroles étaient :
"Tombez idoles antiques
De notre incrédulité
Chantons des chants des cantiques
Au nom de l'égalité
La tolérance
Est pour nous un grand secours
Et puis le meilleur de tout
Est d'avoir pour ses égaux de l'indulgence"
On constate avec étonnement que ces destructions forcenées ont été accomplies au nom de la tolérance !
Qui plus est, l'air sur lequel ces paroles étaient chantées était celui du cantique "Quand l'eau sainte du baptême" !
Pierre Jacquelin conserva les deux fragments sculptés qui provenaient de la croix brisée, et qui représentaient le Christ et la Vierge. Son petit-fils, à qui nous devons ces informations soigneusement consignées par écrit, conservait ces pierres sculptées à Auxey dans sa collection d'objets archéologiques, jusqu'à ce qu'il soit contraint de tout vendre en 1907.


4 - LA CROIX DE JORCUL


Lieu-dit : « En Jorcul »
À l'ouest du village en bordure d'un chemin dans les vignes
Cadastre : section D  feuille  5
Coordonnées : 46° 56' 59'' N – 4° 41' 15''  E
Orientation : nord

  Comme la croix du Verpillot,la croix de Jorcul est une croix de mémoire comme l'indique l'inscription à l'avers du piédestal :
A
LA MEMOIRE
DES DEUX FRERES
PIERRE ET JEAN BTE
PRUDHON
1861
  « Pierre est né en 1825 et Jean-Baptiste en 1830. Ils avaient respectivement épousé Anne et Gabrielle BUGNOT. Pierre aura un fils, Edmond, dont la femme tiendra l'épicerie située au 48 de la rue des Perrières jusqu'à la guerre de 1940. Jean-Baptiste est décédé à un âge très avancé. Il est l'arrière grand-père d'Henri et Robert PRUDHON, père et oncle de l'actuel Maire de Saint-Aubin : Gérard PRUDHON. » (Roger LAFOUGE)

  La croix de Jorcul porte une autre inscription à l'avers du à la base du fût : O CRUX AVE
  La croix de Jorcul, à part la taille de l'avers du piédestal qui, par souci d'économie a été simplement layé, est un beau travail de tailleur de pierre. Le biseau de la corniche du piédestal, outre son aspect esthétique, garantit de l'érosion en empêchant la stagnation de l'eau de pluie. Le tore en partie supérieure, le chapiteau à tablettes, l'extrémité de chaque bras de la croix taillé en pointe de diamant tronquée et la calligraphie des lettres à l'antique à l'avers du piédestal témoignent de la maitrise du tailleur de pierre.


  « La croix de Jorcul a été restaurée en 1933 à la suite des dégâts causées par un violent orage à l'initiative de l'abbé Pillot. » (Roger LAFOUGE)
  Située dans la campagne, la croix de Jorcul avec celle des Bruyères et celle de Vollon constituait une étape sur le chemin emprunté par la procession des Rogations destinée à attirer les bénédictions du Ciel sur les fruits de la terre.
  La date que l'on lit sur le piédestal, 1861, n'est pas celle de sa construction, mais de sa restauration. En effet, la croix de Jorcul apparaît déjà sur le cadastre napoléonien daté de 1839.


5 - LA CROIX DE VOLLON

 
Lieu-dit : « En Vollon »
Au sud-est du village, en bordure d'un chemin de champ
Cadastre : section B  feuille 1
Coordonnées : 46°  56' 51''  N – 4° 42' 55'' E
Orientation : ouest

Inscription à l'avers du dé : O CRUX AVE
  La croix de Vollon est une croix de mission élevée conjointement en souvenir de la mission de 1869 et en souvenir de deux frères et de leurs épouses comme en témoigne l'inscription à l'avers du  socle :

CROIX DE MISSION
A LA MEMOIRE
DES DEUX FRERES GUENOT
GUY ET JEAN
ET DES DEUX SOEURS
GABRIELLE ET ANNE VOILLERY
LEURS ÉPOUSES
1869

  « Guy Guenot, né en 1814, n'a plus de descendants à Saint-Aubin. Sa fille Anne a épousé Jean-Louis Clair de Borgy et Yvonne la seule descendante de son fils Antoine, restée célibataire, est décédée à Saint-Aubin. Quant à Jean Guenot né en 1816, sa fille Anne-Gabrielle épousera Pierre Lafouge en 1865. De ce couple descendent les familles Lafouge et Roux. » (Roger Lafouge)

  « La croix de Vollon a subi les atteintes du violent orage de 1933 et a été restaurée la même année à l'initiative de l'abbé Pillot. La croix de Vollon sera ultérieurement brisée par la foudre. Henri Prudhon assurera sa reconstruction. 
  L'histoire mouvementée de cette croix en fait un monument singulier. Le piédestal, posé sur un socle rongé par les intempéries, n'est pas surmonté d'une corniche mais reçoit une base carrée, en partie en pierres reprises au ciment, qui supporte le à la base du fût. Le fût tronconique lui-même, en pierre bouchardée, ne se termine pas par un chapiteau mais reçoit directement une croix latine en ciment dont la seule élégance vient des angles de bras chanfreinés et du filet gravé sur l'avers et le revers de ceux-ci.


  Située dans la campagne la croix de Vollon avec celle de Jorcul et celle des Bruyères, constituait une étape sur le chemin emprunté par la procession des Rogations destinée à attirer les bénédictions du Ciel sur les fruits de la terre.


6 - LA CROIX DES BRUYÈRES




La Croix des Bruyères avant et après sa restauration
 
Lieu-dit « le fer de charrue » au croisement du chemin des Savoyards et du chemin des Bruyères
Parcelle N 243
Au sud du village, en bordure d'un chemin du bois de Saint-Aubin
Coordonnées : 46°  56' 45''  N – 4° 42' 27'' E
Orientation : nord-ouest

  Si on se réfère à l'inscription qui figure sur une des faces du piédestal, tracée en lettres irrégulières :
RÉTABLIE PAR
FRANCOIS
GILLOTTE
1806
on peut admettre que la croix des Bruyères est la plus ancienne des croix du village. « Cette phrase prouve, en effet, qu'avant 1806 une croix existant en ce lieu avait été démolie. Il est possible que cette destruction ait eu lieu pendant la Révolution et que la remise en l'état du monument ne soit intervenue, à l'initiative de François Gilotte qu'après la signature du Concordat en 1802, qui ramenait la paix religieuse en France » (Roger LAFOUGE).

  « François Gilotte était un vigneron, né à Saint-Aubin en 1762, qui avait épousé en 1789 Françoise Petit née en 1769. De nos jours, personne à Saint-Aubin ne porte le patronyme de Gilotte. Cependant les descendants de ce couple existent. Si quatre de ses 6 enfants sont morts en bas âge, Marguerite la fille aînée a épousé Pierre Lafouge en 1810 et Claude, le fils cadet, Anne Lamy en 1823 » (Roger LAFOUGE).

  La croix se dresse à l'entrée d'une ancienne carrière et jusqu'au printemps 2015, date de sa destruction due à un acte de vandalisme, un rocher naturel ou un bloc extrait de cette carrière servait de socle au piédestal bouchardé composé de deux pierres taillées et carrées. Le revers de la pierre inférieure est grossièrement délayé.


La croix des Bruyères vandalisée

  À partir de ce piédestal, resté intact, la commune a fait refaire un fût et une croix qui respectent plus ou moins les codes des croix du début du XIXe siècle. 
   Le piédestal présente une corniche, largement débordante au devant, plus légèrement débordante sur les côtés. Pour les parties neuves, d'une facture très soignée et d'une finition très lisse, on a fait le choix d'une section octogonale, alors que l'ancien fût était cylindrique. Le nouveau fût présente un fort diamètre.
   L'ensemble repose sur un imposant soubassement maçonné, qui va lui conférer une grande stabilité.
Le soubassement
  Située dans la campagne la croix des bruyères avec celle de Jorcul et celle de Vollon constituait une étape sur le chemin emprunté par la procession des Rogations destinée à attirer les bénédictions du Ciel sur les fruits de la terre.


7 - UNE CROIX DISPARUE : LA CROIX DE MONTMAIN


Lieu-dit : « En Montmain »
À la sortie du village en bordure de la D33 sur le parking d'un bâtiment situé au n° 38 de la rue des Lavières
Cadastre : section D  feuille  1 – parcelle 2005
Coordonnées : 46° 56' 59'' N – 4° 41' 15''  E

  Cette croix a disparu à la suite des nombreux travaux qui ont affecté le parking du bâtiment. Avant les derniers travaux on pouvait encore voir le de la colonne portant l'inscription :
CLAUDE NAUDIN
1805

  Cette croix s'inscrit aussi dans le renouveau catholique qui a suivi la révolution.
  « Qui était Claude Naudin ? En 1805, deux hommes portent ces même nom et prénom, le père, né en 1737, le fils né en 1773. Ce dernier n'étant pas encore marié en 1805, il est vraisemblable qu'il ne possède pas encore l'autonomie suffisante pour se permettre de s'affirmer par la construction d'une croix. Aussi paraît-il logique d'attribuer à Claude Naudin père, le mérite d'avoir fait ériger le calvaire sur Montmain. Du reste, Claude Naudin paraît être un riche marchand, une sorte de patriarche. Son épouse, Françoise Bouzereau lui a donné 14 enfants ! Cinq seulement, deux garçons et trois filles atteindront l'âge adulte et se marieront. Ces dernières quitteront Saint-Aubin après leur mariage, seuls les hommes firent souche au village. Leurs descendants quitteront celui-ci au début du XXème siècle » (Roger LAFOUGE)


8 - UNE AUTRE CROIX DISPARUE : LA CROIX DE MISSION DE 1936

Nous avons déjà parlé de cette croix de bois à l'existence éphémère, construite à l'occasion de la mission de 1936, et détruite lors du passage des chalands de l'armée allemande en 1943.





ANNEXE : le dépliant des croix de Saint-Aubin










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire