MEURSAULT



Orientation
1 - La croix de Cîteaux


Latitude :  46° 58' 35,84" N
Longitude : 4° 46' 30,28" E

Altitude : 229,60 m
Taille : 4,30 m
 

Cette croix a longtemps été située sur le carrefour voisin, qui est encore couramment désigné par l’expression « carrefour de la Croix de Cîteaux ».
Huguette Hugonnet-Burgin indique que cette croix figure déjà sur un plan de 1409. Beaucoup plus tard, on la voit sur le plan d’alignement de 1839, qui la montre clairement au centre du carrefour. Certainement, on a dû estimer qu’elle gênait la circulation, et on l’a déplacée de quelques dizaines de mètres pour l’installer à son emplacement actuel. Cette croix tire son nom du domaine de Cîteaux, donné par le duc de Bourgogne Eudes 1er aux moines de l’abbaye de Cîteaux en 1098, date de fondation de l'abbaye. C’est un terrain situé à l’angle du carrefour. On y trouve un vignoble, et un château du XIXe siècle construit sur des caves qui étaient celles d’un ancien bâtiment établi par les moines.

La croix actuelle est assez récente. Elle a dû être totalement refaite, car à la voir rien ne permettrait de supposer un aussi long passé. C’est une croix ordinaire du XIXe siècle. Sur le dé, on lit la date de 1881. Il n’y a aucune autre inscription.
Elle présente un piédestal simple, en partie caché par des thuyas, dépourvu de console, posé sur une marche.
 

  Le fût cylindrique est surmonté par un croisillon dont les branches ont une section octogonale.







Orientation
2 – La croix de la léproserie


Latitude :  46° 58' 34,50" N
Longitude : 4° 47' 08,67" E

Altitude : 223,10 m
Taille : 3,70 m


Cette croix n’est pas orientée selon les points cardinaux, mais elle fait face à la Léproserie dont les bâtiments se dressent de l’autre côté de la route. De toutes les croix de la paroisse, c'est celle qui se trouve à l'altitude la plus basse (223,1 m).


On lit deux inscriptions, sur les deux faces opposées du piédestal.


Sur la face principale, celle où se trouve la console semi-circulaire, on peut lire ces mots, gravés en lettres capitales :
ÉRIGÉE
PAR
L’HÔTEL-DIEU
DE BEAUNE
LE 14 7BRE 1814
En effet, cette léproserie, ou Maison-Dieu, autrefois indépendante à l'époque de sa fondation en 1142 par le duc de Bourgogne Hugues II, est devenue possession de l’Hôtel-Dieu de Beaune depuis qu’une ordonnance royale de 1766 l’a rattachée à cette institution.
La croix a été installée en face de la porte de la chapelle. Ce n’est sans doute pas un hasard et elle était probablement un but de procession pour les religieux de l’établissement. Mais en 1814 il n’y avait plus de religieux depuis très longtemps, et cela permet de supposer que cette croix n’a fait qu’en remplacer une autre plus ancienne.

Sur l’autre face du piédestal on lit :
RECONNAISSANCE
2 MAI 1916
18 SEPTEMBRE 1932
LL LJ

Selon Huguette Hugonnet-Burgin la croix menaçait ruine, et la famille Latour l’a fait restaurer. Elle est actuellement en bon état. Plusieurs parties ont sans doute été refaites à neuf.
La croix comporte une marche, un piédestal à console, un fût octogonal et un croisillon sur lequel se trouve le titulus INRI.






3 - La croix de la place de l’Europe
Orientation


Latitude :  46° 58' 32,35" N
Longitude : 4° 46' 18,84" E

Altitude : 235,10 m
Taille : 3,70 m


C’est une croix de carrefour, installée au centre de la place. Elle était déjà sur cette place au XIXe siècle, comme on le voit sur les plans de 1825 (cadastre) et de 1839 (plan d’alignement). Toutefois ces deux plans indiquent qu’elle a été légèrement déplacée : elle se trouvait alors à une dizaine de mètres de son emplacement actuel, en haut de la place, un peu plus près du centre-ville.
Cette croix ne comporte aucune date ni aucune inscription.

Le fût et le croisillon sont de section cylindrique. Ils sont sans doute assez récents, car ils sont en meilleur état que le piédestal et le dé.

L’ensemble repose sur un soubassement composé d’une marche.
La branche verticale du croisillon a été cassée récemment (juin 2018)







Orientation
4 - La croix de la Velle

Latitude :  46° 58' 12,72" N
Longitude : 4° 46' 01,73" E

Altitude : 231,70 m
Taille : 3,80 m


C’est également une croix de carrefour.
Elle est située à l’extrémité de la rue de la Velle (autrefois chemin de Puligny à Meursault, puis rue du Bout de la Velle).
Elle n’est pas au centre du carrefour, mais sur un bord, et son piédestal est intégré à un mur de clôture. Elle était déjà à cet endroit sur les plans de 1825 et 1839.


Il n’y a pas d’autre inscription que INRI sur le croisillon.
Le piédestal présente une console semi-circulaire.
L’originalité de cette croix est l’emploi de pierres de différentes couleurs, jaunes et blanches, d’où un effet décoratif particulier, visible surtout sur le piédestal. Est-ce  voulu, ou a-t-on utilisé des pierres de réemploi disparates ?


Le fût octogonal, ainsi que le croisillon, sont assez semblables à ceux de la croix de la Léproserie.









Orientation
5 - La croix Nuidant

Latitude :  46° 57' 59,76" N
Longitude : 4° 45' 52,95" E

Altitude : 231,40 m
Taille : 3,60 m



Cette belle croix de 1933 est très ornée.
Antoine Auguste Nuidant a utilisé toutes les ressources de son art pour produire une œuvre personnelle et originale. Né en 1876, fils d’un tailleur de pierres de Meursault, il fut lui-même tailleur de pierres, exploitant de carrière, vigneron, ainsi qu’on peut le voir sur les registres de recensement qui permettent de retracer son itinéraire professionnel. Étrangement, sur ces registres il est prénommé tantôt Antoine Auguste, comme sur son acte de naissance, tantôt Emmanuel. C’est ce dernier prénom qu’on lit sur la croix. Sa femme Hortense Virely est née en 1875 à Saint-Aubin.

La croix est installée sur une base de pierre carrée, à peine débordante, moins soigneusement taillée que le reste de la croix, mais faite pour être solide. Le piédestal est d’inspiration médiévale. Le choix des lettres gothiques pour l’inscription en façade renforce cette référence « O Crux ave spes unica », salut ô Croix, unique espérance.
 


Le fût est orné d’un double enroulement de branches de Chardonnay portant des raisins. C'est comme une émanation du vignoble qui entoure le monument et qui monte à l’assaut de la colonne.
La vigne est une référence religieuse, car cette plante est très souvent citée dans les Écritures (« Je suis le vrai cep, et mon père est le vigneron » Jean 15, 1, « Je suis la vigne, et vous, vous êtes les sarments » Jean, 15, 5).
Saint-Romain, autel privilégié
L’artiste, en 1933, a pu s’inspirer de la croix de Saint-Romain, plus ancienne, qui possède aussi un fût décoré d’un enroulement végétal, qui n’est pas de la vigne, mais semble-t-il de l’olivier. De même, toujours à Saint-Romain, l’autel privilégié érigé dans l’église, à droite de la nef est orné de colonnes décorées de vignes, qui ont pu constituer une source d’inspiration. Le décor est plus foisonnant et le modelé plus vigoureux à Saint-Romain, et l’enroulement se fait dans le sens contraire, mais à part ces points de détail on constate qu'il y a beaucoup de similitudes. 


Pour accentuer le relief, Nuidant a séparé les grains de raisin par des perforations exécutées à la chignole, où l’ombre vient se renforcer.












Le chapiteau et le croisillon montrent un décor végétal délicatement sculpté, notamment les choux qui terminent les branches de la croix, qui évoquent les motifs affectionnés par les artistes du gothique flamboyant. Mais on ne peut s’empêcher de penser également au style Art Nouveau qui fleurissait vers 1900. Seulement, ce serait ici un Art Nouveau assagi, dont l’exubérance végétale, visible de près, est moins perceptible avec l'éloignement.
 
C’est une croix atypique, anachronique, car à l’époque où elle a été réalisée le néo-gothique du XIXe siècle et le style Art Nouveau étaient bien passés de mode. On était alors en pleine période Art Déco, et il suffit de comparer avec la croix du cimetière de Saint-Romain, construite presque en même temps, en 1933, pour saisir la différence. Ses volumes massifs et ses surfaces sobres et planes n’ont rien à voir avec les formes fouillées et organiques de la croix de Meursault.
Nuidant a fait une croix selon son idée et sa fantaisie, certainement avec amour, sans grand souci de la mode de son temps. En cela elle est unique.

Comme le dit l'inscription, elle eut l’honneur d’être bénie par Monseigneur Pierre André Charles Petit de Julleville (1876-1947), qui a été évêque de Dijon de 1927 à 1936. Il fut ensuite archevêque de Rouen et cardinal.
 
Monseigneur Petit de Julleville en 1931
Quant au père Louis Narbonne, il fut chanoine honoraire, et curé-doyen de Meursault.
La croix est en bon état, mais le piédestal mériterait d’être dégagé des pierres et des blocs déposés sans ordre auprès de lui.





Orientation
6 - La croix Bussy du Moulin de la Velle

Latitude :  46° 58' 37,21" N
Longitude : 4° 46' 07,76" E

Altitude : 243,50 m
Taille : 3,90 m


Autrefois cette croix se dressait au carrefour des actuelles rue des Écoles et rue de la Goutte d’Or, à l’angle ouest, comme on le voit sur les plans de 1825 et 1839. Elle a été déplacée de quelques dizaines de mètres, et se trouve maintenant sur un terrain privé de la rue des Écoles, l’ancienne rue de la Confrérie. On l’aperçoit encore de la rue, mais elle est devenue inaccessible.
C’est une croix simple, avec un fût cylindrique. Les branches du croisillon présentent une courbure à leur intersection. Le dé sur lequel repose la colonne est très développé, presque aussi large que le piédestal dont il recouvre la plateforme.

Après son déplacement, la croix semble avoir été mal remontée : la console semi-circulaire du piédestal se trouve sur le côté gauche et non sur le devant du monument.





Orientation
7 - La croix du Murger

Latitude :  46° 58' 46,37" N
Longitude : 4° 46' 07,28" E

Altitude : 246,30 m
Taille : 3,70 m


Cette croix n’a pas toujours été située sur la place du Murger. On la voit sur le plan du cadastre de 1825, et sur le plan d’alignement de 1839, à son emplacement de l’époque, c’est-à-dire au centre de la placette formée par l’élargissement de l’actuelle rue André Ropiteau, derrière le caveau Saint-Vincent.
Elle est alors dénommée croix du Noyer, car la rue du 11 novembre s’appelait rue du Noyer.

La croix il y a quelques années, près du caveau Saint-Vincent
Elle a été déplacée une première fois : on l’a enlevée du centre de la placette pour la mettre contre le mur du caveau Saint-Vincent, puis, plus récemment, un nouveau déplacement l’a conduite sur la place du Murger, où elle a été réinstallée devant l’école Saint-Joseph.
Le piédestal est daté de 1731.
 
La date
Le fût cylindrique et le croisillon semblent plus récents.
L'inscription INRI figure sur le croisillon.







Orientation
8 - La croix de Mazeray

Latitude :  46° 58' 54,60" N
Longitude : 4° 46' 04,25" E

Altitude : 244,90 m
Taille : 4,20 m



Le nom de cette croix nous amène à nous poser plusieurs questions.
Huguette Hugonnet-Burgin nous rappelle que cette croix se nomme croix de Mazeray.
On sait que Meursault au Moyen Age était constitué du château qui occupait la partie centrale de l’agglomération (il s’étendait alors sur toute la surface de la place actuelle, et englobait l’église et le donjon qui est devenu la mairie) et de deux bourgs situés de part et d’autre du château, celui de Mazeray au sud et celui de Montséchet ou Montsachet au nord. Dès lors, on peut se demander pourquoi cette croix s’appelle la croix de Mazeray, puisqu’elle se trouve dans le bourg de Montsachet, et qu’une rue proche porte encore ce nom.
D’ailleurs, le nom actuel de cette croix semble assez récent, puisque sur le cadastre de 1825 elle est appelée croix de Mouchecet. Le mot est illisible sur le plan que l’on peut consulter sur le site des Archives Départementales, mais il a été obligeamment communiqué par le personnel des Archives qui l’a lu sur le document d’origine. Ce mot Mouchecet est-il une déformation populaire de Montsachet ?

Le plan d’alignement de 1839 nous informe qu’elle était presque au même endroit qu’aujourd’hui, mais davantage au centre du carrefour. En revanche, les cartes postales du début du XXe siècle nous la montrent bien à son emplacement actuel.

Détail d'une carte postale ancienne
Il s’agit d’une croix très ornée, dont le fût est décoré de cannelures et de fleurs, et qui possède un élégant chapiteau ouvragé. Le croisillon est lui aussi décoré de sculptures délicates.

Le piédestal, pourvu d'une console, présente des faces malheureusement altérées, sans doute parce que la pierre est trop friable et gélive. L’inscription qu’il comporte n’est plus lisible en totalité.

La date de 1808 portée sur le dé indique que cette croix fait partie de celles qui ont été refaites après la Révolution.

Huguette Hugonnet-Burgin nous donne la signification des inscriptions.
Sur le cartouche du piédestal, on devine les mots suivants, parmi d’autres mots illisibles :
EPOUSE
P. BOUZEREAU
 

Il s’agit de Philibert Bouzereau né en 1743, et de son épouse Anne Latour née en 1752. Philibert Bouzereau a fait faire cette croix à la mémoire de son épouse morte en 1780, ou plutôt il a fait refaire la croix, car on sait qu'elle existait déjà en 1720.


Au-dessus du piédestal, le dé porte lui aussi une inscription :
EM
1808
puis un cœur gravé


Une dernière inscription figure sur le chapiteau :
C. P., avec une fleur entre les deux lettres
CADET
Il s’agit du signe lapidaire de compagnonnage de Pierre Bouzereau, tailleur de pierres, et la fleur à cinq pétales est une fleur de pensée.
On retrouve d'autres fleurs à cinq pétales à diverses reprises sur le fût et sur le croisillon.







Orientation
9 – Le calvaire Pouhin

Latitude :  46° 59' 19,26" N
Longitude : 4° 46' 13,92" E

Altitude : 283,60 m
Taille : 4,15 m
 
C’est une curieuse histoire que celle de cette croix installée sur un terrain privé, telle qu'elle est relatée dans l'ouvrage de Huguette Hugonnet-Burgin. Elle est porteuse d'inscriptions sur le piédestal : le nom de la famille Pouhin ainsi que la date 1837.
Elle fut construite assez loin de Meursault (dans un hameau de Saint-Seine-l’Abbaye). La tempête de 1999 l’a détruite et la famille Pouhin a rapporté les pierres à Meursault pour la reconstruire dans sa propriété en 2006, et la faire bénir par le père Richard.

Le piédestal, de petite dimension, est de forme pyramidale. On ne remarque ni console ni entablement. Le fût et le croisillon, en revanche, plus ouvragés, correspondent davantage aux standards du XIXe siècle. Le croisillon est orné d’un ostensoir.






Orientation
10 – L’oratoire Saint Christophe

Latitude :  46° 58' 41,90" N
Longitude : 4° 44' 56,50" E

Altitude : 364,50 m
Taille : 2,48 m


On observe à l’oratoire de Saint-Christophe la persistance d’un culte spontané, qui se manifeste par le fleurissement de la grille et le dépôt de bougies ou d’autres objets sur la plate-forme. Cette piété populaire ne se dément pas depuis des décennies.
Le plan du cadastre de 1825 représente le monument, surmonté de la croix qu’il possédait alors et qu’il a perdue depuis. Érigé en 1823, il était alors tout neuf. Le dessin montre des marches qui surélèvent le piédestal. Est-ce une invention de l’artiste, ou ont-elles réellement existé ? Si elles ont existé, elles donnaient une meilleure apparence au monument. Mais dans ce cas, que sont-elles devenues ? Seraient-elles enfouies dans le sol ou auraient-elles été dégradées ?
On observe à côté de l’oratoire deux gros blocs équarris, qui semblent provenir d’un ancien piédestal. Il y avait probablement autrefois une croix à l’emplacement de l’oratoire, et ce sont là ses vestiges. En effet, l’un des blocs présente un creux destiné à recevoir un fût. Ainsi, avant la construction de l’oratoire actuel, il a dû se dresser là une croix semblable aux autres croix de chemin.

Les blocs abandonnés à proximité de l'oratoire Saint-Christophe
Le bâtisseur de l’oratoire, Jean Bussy, propriétaire à Meursault, est mort en 1835 à l’âge de 84 ans. Il avait donc 72 ans en 1823 quand il le fit construire. Son épouse Catherine Battault, originaire d'Auxey, était morte depuis 1820.
 


Dès l’année suivante, selon ce que nous rapporte Huguette Hugonnet-Burgin, la statue de saint Christophe en bois fut brûlée par malveillance. Elle fut remplacée par une statue de fonte protégée par une grille de fer. En effet, cette grille porte la date de 1824. 
 

En 1999 la statue de fonte fut volée, et remplacée par la statue de pierre actuelle, œuvre d’un moine de l’abbaye de Flavigny-sur-Ozerain.


On peut voir les traces de plusieurs impacts au dos de la stèle, rebouchées au mortier. On peut craindre que l’oratoire ait servi autrefois de cible pour des exercices de tir exécutés avec une arme à feu.

On observe sur une face latérale du piédestal un tracé gravé peu profondément, bien visible en lumière rasante. C'est le signe lapidaire du tailleur de pierres. Il y eut en effet à Meursault une famille Variot qui compta des tailleurs de pierre au XIXe siècle.






11 - Les croix disparues
Dans sa réponse à l’enquête pour l’élaboration de la carte de Cassini de 1759, le curé de Meursault cite deux croix à l’entrée du bourg, l’une au sud et l’autre au nord, mais de manière trop imprécise pour qu’on sache si on peut les identifier avec des croix encore existantes.
En revanche, il situe plus précisément deux autres croix, deux croix disparues :

L’une servait de limite entre les paroisses de Meursault et Monthelie, « à l’angle du chemin carré qui conduit du midi au septentrion au village de Monthelie, et du levant au couchant à Autun ». C’est le carrefour entre l’actuelle route de Monthelie et la D 973. Le souvenir de cette croix est resté dans la dénomination d’un lieu-dit, la « Croix-Noire », dénomination qui n’a pas été retenue par le cadastre officiel puisque ce lieu-dit fait maintenant partie des « Murgers de Monthelie », mais le terme est resté dans les usages. Pourtant, selon le curé de l'époque, cette croix était « sans dénomination » au XVIIIe siècle.

L’autre « est placée sur une éminence à côté du grand chemin qui va (par les hauts) à Beaune, lequel retombe dans le grand chemin royal d’Autun au dit Beaune ». Cette croix était donc située un peu plus haut que la précédente, à l’intersection de l’actuelle route de Volnay et de la D 973. Aucune de ces deux croix n’a laissé de vestige sur le terrain.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire